قوم ایرانی

L'adresse de l'article d'origine: قوم ایرانی

Les scientifiques sont convaincus qu'un groupe appelé langues iraniennes(آریایی) y compris les langues dari (Dari est un type de Parsi, ce qui signifie en fait des Perses d'origine iranienne à l'époque islamique, et non un groupe spécifique comme nous le verrons.) et Laki, Lari, Lari, Gilki, Talshi, Sorani, Bakhtiari, Kurde, Zazai, Kalhari, Baluchi, Hurami, Jafi et langues centrales (Khansari, Golpaigani, Anarchie, Siondi, etc.) Toutes font partie des langues de la famille iranienne. La période médiane de ces langues est le parthe, le pahlavi, le sassanide, le scythe, le sogdien et le khwarazmi, et de la période antique, nous avons le madi, l'ancien scythe, l'ancien persan et l'avesta..

Voir par exemple:

Rüdiger Schmitt (Hg.): Compendium des langues iraniennes. Wiesbaden (Reichert 1989)

g. Windfuhr, Les langues iraniennes, Routledge, 2009

http://www.iranica.com/articles/iran-vi-iranian-languages-and-scripts

La carte ci-dessous explique cela dans une certaine mesure:

قوم ایرانی

Bien sûr, d'autres langues iraniennes telles que Lori/Leki/Talshi/Gilki/Tabari/Dilmi/Horami/Zazai .. etc. n'est pas inclus dans cette carte(Parce que la carte ne montre que des exemples et pas tous ces dialectes/langues). D'un point de vue historique, ces groupes ont toujours vécu sur une terre commune et tous sont de la même descendance/race/langue d'origine..

Par exemple, les historiens considèrent Abu Ali Sina, qui est né dans la ville de langue persane de Boukhara, comme un Iranien. Ou Abu Rihan Biruni, dont la langue maternelle était le khwarazmi, est également considéré comme iranien. Tout d'abord, il faut savoir que la signification de ces personnages historiques étant iraniens a une signification précise. Cela signifie que la langue première et principale de ces personnes est l'une des langues de la famille iranienne(Irano-aryen) C'était comme le sogdien, le persan, le kurde, le khwarazmi, le scythe, le parthe, l'avesta, le balochi, le pashto, le gilki, le dilm, le talshi, le zaza, etc.. Ces langues sont considérées comme d'origine iranienne.

Langues iraniennes Le peuple iranien Syayhmyanh fois et a eu la majorité de ces personnes peuvent, et bien sûr les Sogdiens et Khwarazmis et Bakhtryan et Parsyan Corp (Surtout de l'époque sassanide) nommé. Aujourd'hui, ces quatre langues ne sont plus au Khorasan, et la seule langue est le persan (qui est une continuation du dialecte moyen persan khorasani avec une influence du sogdien et du parthe) On le voit dans le Grand Khorasan. Dans les montagnes du Pamir, il reste encore quelques vestiges de la langue iranienne sogdienne, mais au cours des siècles suivants, en particulier pendant les époques seldjoukide et mongole, les langues iraniennes et le peuple iranien ont été progressivement retirés de ces régions.. Dans le même temps, les branches du peuple iranien comptent aujourd'hui la majorité de la population de l'Iran, du Tadjikistan et de l'Afghanistan, ainsi qu'une grande partie des Iraniens tadjiks, kurdes, zaza, baluch et talash dans les pays de Turquie, Aran, Ouzbékistan, Syrie, Irak, Pakistan, etc..

Maintenant, notre question est de savoir si les locuteurs de ces langues sont des ethnies différentes ou s'agit-il de plusieurs branches d'une même ethnie ? En répondant à cette question, nous examinerons les sources nouvelles et anciennes.

La première question est, qu'entendons-nous par iranien ? Le peuple iranien, ou peuple aryen, est un peuple ancien qui vivait à proximité du Mitanni et qui parlait une langue similaire à l'avesta et au sanskrit, et son nom a été mentionné à plusieurs reprises dans diverses inscriptions et écrits..

Pour quelques exemples:

Un)

Darius et Xerxès - rois achéménides - dans certains de leurs textes survivants, se sont appelés "un aryen d'origine aryenne" (C'est ça:Ariyačiča) Ils introduisent (ADN, DSe, XPh). Darius le Grand a appelé sa langue " aryenne " dans d'autres textes. (DB.IV) Et il déclare "Ahura Mazda" comme "Dieu des Aryens". [Brian, p. 406 ; Wieshofer, p. 11].

De plus, Darius le Grand ne parlait pas sa langue “Persan ancien” Mais “Langue aryenne” présente.

deux)

Un certain nombre d'historiens anciens ont explicitement appelé les Mèdes "Aryens"; comme vous deux [VII/62 ; Frire, p 4 Et 411], Strabon [XV/2.8 ; Pyrénie, p 160] et Musa Khurni [I/29 ; Frire, idem].

Par exemple, vous deux(Le septième livre, paragraphe soixante-deux) Il dit que le titre des Mèdes est aryen:

Ces Mèdes s'appelaient anciennement par tous les peuples Béliers

(Traduit par Rawlinson)

Et cela signifie que les Mèdes faisaient également partie du peuple aryen.

Voir également:

(Frire, Richard: « L'ancien patrimoine de l'Iran », traduit par Masoud Rajabnia, Publications scientifiques et culturelles, 1368)

Trois):

"Le seul usage autorisé du terme aryen Il s'agit des tribus qui, dans leurs temps anciens, elles-mêmes Arya Ils ont appelé. Indiens[12] et Iraniens (Parsien)[13] et substances[14] et patins[15] et Alains[16] et les groupes ethniques iraniens d'Asie[17] Ils s'appelaient Arya"

(OBO. M. Diaconov.: « Mad History », traduit par Karim Keshawars, Scientific and Cultural Publications, 2001, p. 142, Rows 5 Jusqu'à 9).

Et puis il dit:

De nombreux noms spécifiques des tribus mentionnées qui sont avec Arya (Arya- آریایی) Formé est le témoin de ce demandeur. Par exemple, en langue parthe (Documents de la NASA près d'Achgabat - Achgabat) Arya Barzan (aryabarzan) Et Ariani Yestak (Aryanstak) Venir. (Oh vous. M. Diakonov et M. M. Diakonov et V. Venir. Leoshits. Archive des pièces dans NASA VDI, année 1953 Non 4 PS 116) Et bien d'autres noms.

quatre):

Aussi Kanishka , langue iranienne balkhi “Arian” C'est lu et non Balkhi/Bakhti.

The “aryen” Langue, Gherardo Gnoli, Institut italien pour l'Afrique et l'Orient, Rome, 2002

www.azargoshnasp.net/history/aryan/aryanlanguagegnoli.pdf

http://www.gengo.l.u-tokyo.ac.jp/~hkum/bactrian.html

cinq)

Strabon appelle les habitants de la Perse, des Médias, de Sogd, de Bactriane et d'Arya comme faisant partie du pays d'Ariana et dit

Le nom d'Ariana est encore étendu à une partie de la Perse, et des médias, ainsi qu'aux Bactriens et aux Sogdiens au nord; car ceux-ci parlent à peu près la même langue, avec de légères variations.

(Strabon, Géographie, Livre XV, Section VIII)

La Géographie de Strabon: Avec une traduction en anglais par Horace Leonard Jones. Basé en partie sur la version inachevée de John Robert Sitlington Sterrett

Traduit par Horace Leonard Jones

Publié par Harvard University Press, 1966

Traduire: De plus, le pays d'Ariana comprend des parties de Pars et Medes ainsi que des Balkhians(Occidentaux) Et les Sogdiens sont dans le nord, car ces gens parlent la même langue avec peu de différence.

six)

Le mot "Iran" (Étaient) Pour la première fois dans les pétroglyphes d'Ardeshir I – Le fondateur de la dynastie sassanide – Il a été certifié. Il dans la peinture en relief de sa commission royale [De Ormazd] Sous la forme de Rostam de la province de Fars, puis dans ses pièces, Ardashir shahan shah Eran (moyen persan) Et Shahan Shah Aryan (à la fête) “= Ardashir, le roi des Aryens” a été lu. Son fils Shapur I, tout en utilisant le même surnom pour son père, s'appelait Shahan shah eran ud aneran (moyen persan) et shahan shah aryan ud anaryan (à la fête) “= rois aryens et non aryens” a fait remarquer. La même forme et le même style ont été utilisés par les derniers rois sassanides, de "Narse" à "Shapur III".. L'inscription en trois langues de Shapur I dans la Kaaba de Zoroastre dans la province du Fars – A cet égard, seules les versions parthe et grecque ont été conservées, mais la version moyen-perse peut être reconstituée avec certitude. – Pour la première fois, il contient le mot moyen persan "Iranshahr" EranShahr (à la fête: Shahr aryen) است. La déclaration du roi mentionné à cet égard est la suivante: « un ourlet … eranshahr xwday » (moyen persan) / « az … aryanshahr xwday ahem » (à la fête) / "ego ... tou Arianon despotes ethniques eimi" (en grec) “= je suis le seigneur du royaume (Dans la version grecque: ملت) je suis aryen” (SH.K.Z, Milieu. Pers. [1], Parthe . 1., Gk. 1.2). Cette élaboration de règles, suivant le titre de Shapur I de "rois aryens", fait que ce point semble très acceptable que le mot "Iranshahr" soit proprement "Shahnshahi". (Empire) sens, tandis que le mot Eran est toujours conforme à son étymologie (Du vieux mot iranien: aryanam*), comme forme plurielle supplémentaire du nom ethnique "Ir" (Est) (faire la fête:Ari; Du vieil Iranien: -arya ; = aryen) Il a été compris comme signifiant «Iraniens».. La forme singulière de ce mot est utilisée par Shapur en référence à son fils "Narse".: Is mazdesn Narseh, Shah Hind, Sagestan… (moyen persan) / et mazdezn Narseh... (à la fête), Tu sais: "Narse, un Mazdaprustiste aryen, le roi de l'Inde et du Sistan et...".
Parmi d'autres rois sassanides, Bahram II a également ajouté ce mot comme préfixe aux inscriptions standard sur les pièces qui étaient utilisées depuis l'époque d'Ardeshir I, dans certaines de ses pièces.: «(aryen) Adorateurs de Mazda, Dieux (بهرام)Rois aryens (et non-aryens)».
Syntaxe « aryanam thump » -aryanam xshathra* [= Shahriari des Aryens] L'achéménide n'a été trouvé dans aucune des anciennes inscriptions persanes. Dans ce contexte, dans les derniers vers Avesta, seuls Airiia et Anairiia danghawo sont mentionnés “= terres aryennes” Et “Non-aryen” Il y a. Par conséquent, le terme "Iranshahr" a été créé par les Sassanides.

(Tiré de l'Encyclopédie d'Irania-“Iranshahr”- David Mackenzie - traduit en farsi par Dariush Kiani)

Lien principal:

http://www.iranica.com/articles/eran-eransah

David Mackenzie, "Eranshahr" dans l'Encyclopédie Iranica

Sept)

L'important article suivant d'un professeur italien compile bon nombre de ces documents pré-parthes:

http://www.iranica.com/articles/iranian-identity-ii-pre-islamic-period

g. Gnoli, “IDENTITÉ IRANIENNE ii. PÉRIODE PRÉ-ISLAMIQUE” dans l'Encyclopédie Iranica

Les inscriptions de Darius I (voir DARIUS III) et Xerxès, où sont répertoriées les différentes provinces de l'empire, faire comprendre que, entre la fin du VIe siècle et le milieu du Ve siècle av., les Perses avaient déjà conscience d'appartenir Ariya Nation "iranienne" (voir ARYA et ARYENS). Darius et Xerxès se vantent d'appartenir à une souche qu'ils appellent "iranienne": ils se proclament « iraniens » et « de souche iranienne,« Ariya et fleur d'aria respectivement, dans les inscriptions où les pays iraniens viennent en premier dans une liste qui est organisée dans un nouvel ordre hiérarchique et ethno-géographique, par exemple avec la liste des pays dans l'inscription de Darius à Behistun (voir BISOTUN; Gnoli, 1989, PP. 22-23; 1994, PP. 153-54). Nous savons aussi, thanks to this very same inscription, qu’Ahura Mazdā était considéré comme le « dieu des Iraniens » dans les passages de la version élamite correspondant à DB IV 60 et 62 dans la version persane ancienne, whose language was called “Iranian” or Ariya (DB IV, 88-89). En revanche, l’Avesta utilise clairement Airya en tant que nom ethnique (Vd. 1; Yt. 13.143-44, etc.), where it appears in expressions such as airyāfi; c'est çaˊavoirOh "Terres iraniennes, Peuples,« airyōunm "Terre habitée par les Iraniens,« et airyanunm vaējō vaŋhuyāfi; Dāityayāfi; “Iranian stretch of the good Dāityā,« la rivière Oxus, l’Āmū Daryā moderne (q.v.; voir ĒRĀN-WĒZ). There can be no doubt about the ethnic value of Old Iran. Arya (Benveniste, 1969, Je, PP. 369 f.; Szemerényi; Kellens).

Les preuves en vieux persan et avestan sont confirmées par les sources grecques: Hérodote (7.62) mentionne que les Mèdes s'appelaient autrefois Théorie; Eratosthène à Strabon (15.2.8) parle d'Arianē comme étant entre la Perse et l'Inde; Eudème de Rhodes à Damas (Doutes et solutions dans le Parménide de Platon 125 bis) fait référence aux "mages et à tous ceux d'Iran (région) lignée"; Diodore de Sicile (1.94.2) considère Zoroastre (Zathraustės) comme l'un des Arianoi. L'ethnie, linguistique, et l'importation religieuse des termes liés à Old Pers. Ariya et Av. Airya est donc corroboré par un grand nombre de preuves différentes, sur une période allant des périodes achéménide aux périodes séleucide et parthe et dans des sources iraniennes et non iraniennes. Outre le grec, les sources non iraniennes incluent l'arménien, comme dans l'expression qui est Aramazd "Ahura dans Mazda, l'Iranien » dans The History of the Armenians (seconde. 127) par Agathangelos (la Lamberterie, p. 243; Schmitt, 1991; Gnoli, 1993, p. 19). Une source iranienne, l'inscription Rabatak (je. 3 f.) en langue bactriane, a ariao, signifiant « en iranien (langue)« (Sims-Williams, 1995-96, p. 83; 1997, p. 5; Gnoli, 2002). Toutes ces preuves montrent que le nom Arya « Iranien » était une définition collective, désignant les peuples (Geiger, PP. 167 f.; Schmitt, 1978, p. 31) qui avaient conscience d'appartenir à l'unique souche ethnique, parler une langue commune, et ayant une tradition religieuse centrée sur le culte d'Ahura Mazdā.

Tellement aryen(ایرانی) به قومی گفته میشده است که با وجود تنوع زبانهای ایرانی..همگی دارای ریشه واحد و فرهنگ مشترک و اسطوره مشترک و تاریخ مشترک بودند و شاهان ساسانی خود را آریایی(ایرانی) Ils lisent et lisent leur pays comme Iran/Iranshahr/Arian.

Bien sûr, le peuple iranien a été suffisamment mentionné dans la littérature pour qu'il ne soit pas nécessaire de donner un exemple.

Peut-être que c'est suffisant pour Asadi Toosi:

La loyauté ne vient jamais de la désertion

Il n'a vu aucun Iranien à part Wafa

Et dans le Shahnameh et le Darabnameh et des centaines d'œuvres culturelles, le peuple iranien a toujours été mentionné.